Et toujours les forêts : roman

Voir les avis

Livre

Collette, Sandrine (1970-..). Auteur

Edité par JC Lattès. Paris - C 2020

Résumé :

Corentin, personne n'en voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village, ni surtout sa mère, qui rêve de s'en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu'au jour où sa mère l'abandonne à Augustine, l'une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l'aïeule, une vie recommence. A la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n'en finit pas d'assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps ; les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin. Quelque chose se prépare. La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l'espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d'un monde désert, et la certitude que rien ne s'arrête jamais complètement. Sélection pour le Grand Prix RTL-Lire 2020.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Et toujours les forêts | Collette, Sandrine (1970-..). Auteur

Et toujours les forêts

Textes lus

/ Collette, Sandrine .- Audiolib , 2020

Et toujours les forêts | Collette, Sandrine. Auteur

Et toujours les forêts

Livre numérique

/ Collette, Sandrine .- Éditions de l'épée , 2020

GRAND PRIX RTL-LIRE 2020Prix du livre FRANCE BLEU/PAGE des libraires 2020 - PRIX AMERIGO VESPUCCI 2020 - PRIX de la CLOSERIE DES LILAS 2020"Un roman à l'os, une parabole tragique qui laisse néanmoins entrer la lumière." ELLE"Un g...

Animal | Collette, Sandrine (1970-....). Auteur

Animal

Large vision

/ Collette, Sandrine .- À vue d'oeil , 2019

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Et toujours la Vie 5/5

    Le récit commence comme une histoire presque banale : une jeune femme est chassée de chez elle, enceinte. Corentin naît, sa mère n’en veut pas. L’enfant est ballotté de foyer en famille, sans amour. A 5 ans, sa mère l’abandonne définitivement à une vieille femme (qui n’est autre que son arrière grand-mère paternelle), dans son minuscule village, perdu à la lisère des Forêts. C’est là que grandit Corentin, avec cette vieille femme peu démonstrative, mais qui porte beaucoup d’amour à cet enfant. Adulte, il poursuit ses études à la ville, sort de ces Forets trop encombrantes, trop isolantes. Ils sont 12 étudiants : un soir de beuverie, cachés dans les catacombes, ils entendent l’enfer, là haut. Sortis de leur abri, ils ne découvrent que chaos et désolation. Le monde a disparu. Tous morts ou presque, Corentin repart vers les Forets, le seul endroit qu’il connait, il va vers Augustine, son seul espoir. On l’aura compris, Sandrine Collette fait basculer son récit en un roman post-apocalyptique. L’errance affective de Corentin dans la première partie, son désir d’être aimé, sa quête d’amour, prendra toute son importance dans l’après. Corentin parvient aux Forêts : comment reconstruire avec rien ? Tout est brûlé, anéanti, les hommes, les animaux, les végétaux. Les Forêts ne sont plus que de tristes piquets calcinés, qui s’élancent vers un ciel désespérément gris et bas. Le soleil ne perce plus, la pluie et le froid se sont invités pour longtemps. Sandrine Collette reprend bien entendu les ficelles du roman post-apocalyptique (errance, recherche de subsistance, rencontres avec d’autres survivants…) mais elle n’explique rien. Quel fut ce fléau ? Jusqu’où a t’il détruit la vie sur la Terre ? Habilement, elle fait grandir son héro dans cet enfer, elle décrit le monde en poésie, monde dépouillé, comme ses mots, pour laisser toute la place à notre imagination.

    par Fanny Le 20 avril 2020 à 14:49